Entre 10 et 12% de la population souffrirait de saignements spontanés (non liés à une chirurgie ou à un trauma), dont 10% aurait besoin d’une prise en charge médicale (1).

Les saignements de nez (épistaxis) sont d’origine variées :

Causes générales: perturbations de la coagulation, maladies génétiques

Causes traumatiques (fréquentes) : fracture de la face, des os propres du nez, prise de drogues par voie nasale, chirurgie nasale récente, intubation nasale agressive, fibroscopie nasale

Causes tumorales : cancers (sinus, cavum,…), tumeurs bénignes (fibrome nasopharyngien)

Causes inflammatoires (rares) : rhinite infectieuse

Causes opératoires : chirurgie fonctionnelle endoscopique des sinus paranasaux (ethmoidectomie, polypectomies, méatotomie, etc), chirurgie carcinologique ORL/maxillo-faciale, chirurgie hypophysaire par voie endoscopique (neurochirurgie)

Les épistaxis peuvent provoquer différents symptômes :

anémie, sueurs froides, pâleur, fatigue, sensation de faiblesse ou de soif, agitation ou somnolence.

Dans de rares cas, elles peuvent être fatales (2)

Les épistaxis sont très répandues, invalidantes et coûteuses. Dans certains cas chroniques (3), les épistaxis impactent fortement la qualité de vie des patients et celle de leur entourage (« caregivers »). L’incidence de la « maladie » est en augmentation du fait du vieillissement de la population et mécaniquement, de l’augmentation du nombre de patients souffrant de pathologies cardiovasculaires et traités par anticoagulants.

 

 


(1) Changing Trends in the Management of Epistaxis, Traboulsi H et al. International Journal of Otolaryngology Volume 2015
(2) https://biology.stackexchange.com/questions/19827/can-nosebleeds-cause-death
(3) Patients « Rendu-Osler »

Environ 12% de la population souffrirait de sinusite chronique (1), soit près de 900 millions de patients dans le monde. Cette pathologie est la 5èmeplus répandue chez les personnes de moins de 65 ans (2). Elle est plus fréquente que les maladies cardiaques.

La sinusite chronique est une pathologie inflammatoire dans laquelle la muqueuse des sinus est boursouflée et enflammée (Figure 1).

 

FIGURE 1 – La sinusite : illustration

 

La sinusite chronique est causée par :

les allergies (rhinite)

une déviation de la cloison nasale

des polypes

d'autres maladies (ex: VIH)

La sinusite chronique peut provoquer différents symptômes :

difficultés respiratoires et une perte de goût et d’odorat.

des migraines chroniques et des douleurs corporelles

des infections récurrentes (y compris méningites)

La persistance de ces symptômes peut impacter sérieusement le bien être quotidien des patients, ce qui se traduit par :

fréquentes visites chez le médecin, nombreux arrêts de travail, fatigue chronique voire dépression (3).

Environ 45% des patients souffrant de sinusite seraient par ailleurs asthmatiques (4)

Près de 65% des patients atteints du SIDA souffriraient de sinusite chronique (5).

La sinusite chronique accroit également le risque d’AVC hémorragique et ischémique (6).

L’incidence de la maladie est en augmentation (7, 8, 9). Cette augmentation pourrait être due à l’accroissement de la pollution, l’expansion urbaine et l’augmentation de la résistance aux antibiotiques (10, 11), dont l’utilisation dans la sinusite représentent par ailleurs 21% de la totalité des prescriptions d’antibiotiques (12) chez l’adulte aux États-Unis.

 

 


(1) Prevalence and Incidence of Diagnosed Chronic Rhinosinusitis in Alberta, Canada. Yuan Xu et al. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg. 2016;142(11):1063-1069. doi:10.1001/jamaoto.2016.2227
(2) Hamilos DL. Chronic rhinosinusitis: epidemiology and medical management. J Allergy Clin Immunol.2011;128:693-707; quiz 708-709.
(3) Benninger MS, Ferguson BJ, Hadley JA, et al. Adult chronic rhinosinusitis: definitions, diagnosis, epidemiology, and pathophysiology. Otolaryngol Head Neck Surg. 2003;129:S1-S32.
(4) Rodney J. Schlosser, M.D.,Depression in chronic rhinosinusitis: A controlled cohort study. Am J Rhinol Allergy 30, 128–133, 2016; doi: 10.2500/ajra.2016.30.4290
(5) Rugina M, Serrano E, Klossek JM, Crampette L, Stoll D, Bebear JP, Perrahia M, Rouvier P, Peynegre R. Epidemiological and clinical aspects of nasal polyposis in France; the ORLI group experience. Rhinology. 2002 Jun;40(2):75-9.
(6) Shah AR, Hairston JA, Tami TA. Sinusitis in HIV: microbiology and therapy. Curr Allergy Asthma Rep. 2005 Nov. 5(6):495-9
(7) Lee WH, Kim J-W, Lim J-S, Kong IG, Choi HG (2018) Chronic rhinosinusitis increases the risk of hemorrhagic and ischemic stroke: A longitudinal follow-up study using a national sample cohort. PLoS ONE 13(3): e0193886. https://doi.org/ 10.1371/journal.pone.0193886
(8) Jeffrey D. Suh, and David W. Kennedy. Treatment Options for Chronic Rhinosinusitis. Proc Am Thorac Soc Vol 8. pp 132–140, 2011. DOI: 10.1513/pats.201003-028RN
(9) EPOS 2005
(10) https://emedicine.medscape.com/article/232791-overview#a7
(11) Khanna and Gharpure.  Correlation of increased sinusitis and urban air pollutionInd. J. Sci. Res. and Tech. 2012 1(1):14-17/
(12) Sharp HJ, Denman D, Puumala S, Leopold DA. Treatment of acute and chronic rhinosinusitis in the United States, 1999-2002. Arch Otolaryngol Head Neck Surg. 2007;133:260–265